La logique du badminton

Le Badminton s'inscrit dans une logique de duel pour un joueur donné.

Il lui faut maitriser 3 paramètres afin de remporter les duels qui lui sont proposés.

 

  • L'espace

c'est le volume de jeu dans lequel le joueur se déplace, et dans lequel le volant peut être envoyé. Cet espace varie selon la discipline (simple ou double).

 

On sait que le joueur débutant évolue dans un espace de jeu réduit, tant dans ses déplacements qu'avec les trajectoires de ses coups. Il faut donc l'amener à varier les trajectoires des volants dans l'espace (longueur, largeur, hauteur).

  • Le temps

c'est le temps qu'a le joueur pour s'organiser pour chaque frappe. Le facteur temporel est une constante que l'on retrouve à tous les niveaux de jeu. Plus le niveau de jeu est élevé, moins les joueurs ont de temps pour s'organiser.

 

Les trois facteurs temporels sont :

 

  1. La prise d'informations ;(lecture rapide du coup effectué par l'adversaire)
  2. La vitesse de déplacement ;(prendre le volant le plus tôt possible)
  3. La vitesse du volant.(accélérer le volant pour réduire le temps adverse, ou ralentir le volant pour se donner du temps)
  • L'adversaire

Le badminton étant un sport d'opposition, la prise en compte de l'adversaire et de ses caractéristiques

propres influence le joueur sur les choix qu'il doit faire tout au long du match. Pour cela il doit donc :

Détecter les points forts et les points faibles de l'adversaire;

Adopter une stratégie en fonction du type d'adversaire.

(niveau du joueur, capacités physiques et morphologie du joueur, gaucher ou droitier)

 

Les prises de raquette

Prise universelle

La raquette est tenue fermement en bas du manche. Lorsque la raquette est tenue devant soi, le tamis doit être de profil par rapport au joueur.

Tous les doigts sont utilisés pour serrer la raquette (le pouce passe au dessus de l'index).

Prise rush en coup droit

La raquette est tenue un peu plus haut sur le manche. Lorsque la raquette est tenue devant soi, le tamis doit être face au joueur.

Le pouce, l'index et le majeur forment une pince qui serre sur les «côtés» du manche. L'annulaire et l'auriculaire servent à maintenir la raquette pour plus de contrôle.

Prise revers

Même chose qu'en coup droit sauf que la prise est tournée de 90°. Le pouce se retrouve alors sur le côté plat du manche, entre la raquette et le poignet.